De l’Antiquité au XIXe siècle, d’Aristote à Alexander von Humboldt : visite guidée à travers trois grandes périodes historiques d’une histoire luxuriante. À travers ces trois périodes, trois fils rouges seront déroulés: les classifications, les collections, l’illustration.

Par Denis Lamy, ingénieur de recherche, historien de la botanique, Muséum national d’Histoire naturelle


De l’Antiquité au début du XVIIIe

Aux racines de la botanique : De l'Antiquité au début du XVIIIe [Réal. DICAP, service multimédia © MNHN 2012]

Une première période allant de l’Antiquité au début de la Renaissance est marquée par l’importance de l’herboristerie, des connaissances horticoles et agronomiques, et par le mélange de rationalité et d’imaginaire.

À l’âge classique (XVIIe siècle) et au siècle des Lumières (XVIIIe siècle), la botanique s’organise autour de deux pôles : l’histoire des plantes et la physique végétale. Le contexte est celui des grands voyages et des débuts de la science expérimentale. La découverte de la sexualité des plantes et les débats sur les classifications tiennent le devant de la scène.


Le XIXe et le début du XXe siècle

Aux racines de la botanique : Le XIXe et le début du XXe siècle [Réal. DICAP, service multimédia © MNHN 2012]

La troisième période qui occupe le XIXe et le début du XXe siècle, est marquée par le développement, à côté de la systématique et de la physiologie végétale, toujours bien vivantes, de disciplines spécialisées comme la géographie botanique, et par l’impact de l’idée d’évolution.

Pour aller plus loin
Ce cours est largement inspiré de l’excellent livre de Jean-Marc Drouin, L’herbier des philosophes (Paris, 2008).