Jardin des pivoines

La pivoine était symbole de beauté et d’amour dans la Chine ancienne. Venez admirer la "Fleur des Rois" dans le jardin qui lui est consacré.

picto_accessibilite.png

Une relation de plusieurs millénaires
Cultivée non seulement pour sa beauté, mais aussi pour ses vertus médicinales, la pivoine est appréciée depuis plus de 2 000 ans. Dans la région du Tibet, d’où sont originaires les espèces arbustives, elle occupe une grande place dans les arts décoratifs. Emblème de richesse et de réussite sociale en Chine, elle est l’une des trois fleurs impériales du Japon, avec le cerisier et le lotus. Un succès qui explique que la pivoine ait fait l’objet de nombreux croisements : il existe aujourd’hui des centaines de cultivars, créés par les horticulteurs, en plus des 32 espèces arbustives et des 4 espèces herbacées présentes dans la nature. Des membres de ces deux groupes sont présentés dans le jardin des pivoines, situé dans le carré Brogniart, non loin de la grille principale du Jardin des Plantes. Le visiteur peut y admirer leurs floraisons spectaculaires dès le mois de mai. Les fleurs déploient leurs corolles chatoyantes au milieu d’arbres et d’arbustes remarquables, tels que la magnifique collection de magnolias. Les pivoines présentées dans ce jardin proviennent d’un don de la ville japonaise de Yatsuka, réputée pour le talent de ses horticulteurs. Un cadeau dont la valeur est mieux appréciée si l’on sait qu’il faut entre 20 et 25 ans pour créer un nouveau cultivar !

Des roches qui racontent une histoire
Profitez également de votre passage dans le jardin des pivoines pour examiner les roches réparties tout au long de l’allée : en un clin d’œil, vous venez d’embrasser toute la diversité géologique de notre planète. Roches sédimentaires, qui se forment sur les continents ou au plus profond des océans, minerais, roches magmatiques et métamorphiques, qui remontent des entrailles du globe et témoignent de son activité volcanique ou plutonique… L’un de ces minéraux est un peu différent des autres, puisqu’il fut un jour vivant : saurez-vous reconnaître ce tronc d’arbre fossilisé ?