Jardin du Stégosaure

Leurs ancêtres poussaient déjà à l’époque où les dinosaures arpentaient la planète. Mais attention : bien qu’elles leurs ressemblent comme deux gouttes d’eau, les plantes du jardin du Stégosaure n’ont rien de fossiles vivants !

picto_accessibilite.png

Les compagnes des dinosaures
Le visiteur du Jardin des Plantes qui emprunte l’entrée située rue Buffon, face à la gare d’Austerlitz, s’apprête sans le savoir à faire un bond dans le passé de plusieurs millions d’années. En effet, à proximité de la grille de la galerie de Paléontologie l’attend la reproduction d’un Stégosaure, dinosaure qui arpentait la planète à la fin du Jurassique, entre 156 et 140 millions d’années avant notre ère. Le "lézard terrible" (étymologie de dinosaure) est figé au sein d’un micro-paysage composé d’espèces végétales présentant des caractères "archaïques".
Ces plantes sont les descendantes de végétaux très anciens, dont les groupes étaient bien représentés avant l’apparition des Angiospermes (les plantes à fleurs), lorsque les dinosaures peuplaient le globe.

Toutefois, attention ! Ces plantes ne constituent en aucune façon des "fossiles vivants" ! Ce concept, popularisé par les médias, ne repose sur aucune base scientifique. Si certains organismes actuels ressemblent bien aux fossiles retrouvés dans des couches géologiques anciennes, ils sont en réalité très différents : la morphologie d’une espèce peut rester stable sur des durées extrêmement longues, mais le "reste" (notamment les gènes) continue à se modifier au fil du temps. Autrement dit, aucune espèce ne cesse d’évoluer… sauf à partir du moment où elle s’éteint ! Les plantes présentées dans le jardin du Stégosaure sont on ne peut plus actuelles. Elles n’ont rien de fossile, et ne sont donc pas identiques à celles qui vivaient à l’époque des dinosaures…