Oubli de mot de passe
Déjà inscrit ?
 
Se connecter
 
Déjà inscrit ?
 
Nouveau visiteur ?
Date de naissance
  • Gingko biloba
  • Gingko biloba
  • Gingko biloba
Gingko biloba
[Photo Patrick Lafaite | © MNHN]
Gingko biloba
[Photo Patrick Lafaite | © MNHN]
Gingko biloba
[Photo Patrick Lafaite | © MNHN]

Histoire du nom

Le nom de ginkgo viendrait soit d'un mot japonais dérivé du chinois "Gin Yyo" qui peut se traduire par "patte de canard" (allusion à la forme de la feuille), soit d'un mot chinois "yin kuo" signifiant "fruit d'argent".

 

Plus simplement, le nom d'espèce "biloba" (= à deux lobes) fait référence à la feuille fendue.

 

En 1788, un botaniste de Montpellier acheta 5 plants de cet arbre à un collègue anglais pour la somme faramineuse de 40 écus d'or chaque plant, d'où son nom vernaculaire d’« arbre aux quarante écus ».

 

Description

Dernier représentant d'une famille apparue il y a plus de 270 millions d'années, le ginkgo biloba peut vivre plus de 1000 ans.

C'est une espèce dioïque: un individu est soit mâle soit femelle, on reconnaît parfois l'arbre mâle de l'arbre femelle par son port pyramidal plus élancé. Seule la femelle porte des fruits à l'odeur fort nauséabonde.

Nom scientifique
Ginkgo biloba
Taille

Jusqu'à 40 mètres

Feuilles

Portées par un long pétiole et réunies en bouquets, les feuilles ont la forme caractéristique d'un éventail et mesurent entre 5 et 8 cm.

Vert clair puis vert sombre, elles prennent en automne une teinte jaune très lumineuse avant de tomber et recouvrir le sol d'un tapis doré.

Tronc

De lisse et brun chez l'arbre jeune, le tronc devient gris et crevassé en vieillissant.

Fleurs

Très chargées en pollen, les inflorescences mâles sont des bouquets de chatons jaunes, à l'extrémité des rameaux latéraux.

Les fleurs femelles n'ont pas de pièces florales et sont regroupées par 2 ou 3 au bout d'un long pédoncule.

Son mode de reproduction est tout à fait original. Il ne fait pas partie des plantes à graines. La floraison a lieu au printemps. Les étamines produisent le pollen qui est disséminé par le vent. Pour qu’il y ait fécondation, le grain de pollen doit se déposer sur une goutte de liquide située sur un orifice de l’ovule. Cette goutte en se rétractant va faire pénétrer le grain de pollen dans l’ovule. Puis le grain de pollen émet deux spermatozoïdes. L’un d’eux ira féconder l’oosphère, la cellule femelle. Les ovules tombent à terre à l’automne et le tégument externe qui est charnu pourrit en dégageant une odeur nauséabonde de beurre rance.

Ensuite, l’embryon se développe sans passer par le stade de dessication caractéristique de la graine ce qui est un caractère archaïque.

Fruits

Les ovules produits par les pieds femelles émettent une forte odeur fétide. Ce sont des drupes rondes jaunes et pétiolées de 2-3 cm de diamètre qui sont matures en automne. Le fruit est toxique mais l'amande qu'il contient est comestible.La pulpe de l’ovule provoque des dermatites par simple contact avec la peau, par ingestion des troubles digestifs.

Répartition géographique

Asie tempérée : Chine (natif du N-O Zhejiang)

Période de floraison

Avril à mai

Règne
Plantae

Clade des Plantes Vasculaires

Clade des Gymnospermes

Classe
Pinopsida
Ordre
Ginkgoales
Famille
Ginkgoaceae
Genre
Ginkgo
Espèce
Ginkgo biloba Auteur : L.

Statut de conservation UICN

Espèce en danger

Statut de conservation en France

Espèce introduite, non protégée en France

Usages et traditions

Arbre sacré conservé près des temples.

 

Les amandes des ovules grillées sont délicieuses et consommées lors des mariages en Chine et au Japon mais elle doivent consommées avec modération car elles sont toxiques pour certaines personnes.

 

Pour l’industrie pharmaceutique, on cultive en grand des Ginkgo plantés en rang et maintenus à une petite taille.

 

Le Ginkgo a pratiquement disparu dans la nature. Sa survie est sans doute due aux soins que les moines taoïstes lui prodiguaient après les avoir plantés près des pagodes.

 

Les feuilles lavées à l’eau bouillante puis gardées dans l’alcool servaient à améliorer la cicatrisation des ulcères et des ecchymoses.

 

De nos jours, on utilise la feuille pour améliorer la microcirculation.


Dans le Jardin des Plantes

janv. févr. mars avr. mai juin juill. août sept. oct. nov. déc.
Floraison
Intérêt ornemental :

Planté en isolé, il offrira un tableau magnifique en automne, au début de sa chute de feuille lorsqu’une partie reste encore accrochée sur les rameaux et que l’autre recouvre le sol d’un tapis d’or.

Localisation dans le Jardin des Plantes

Petit labyrinthe


Afficher Ginkgo biloba sur une carte plus grande

Conseils de jardinier

 

 

C’est un arbre à réserver aux grands jardins.

Il n’est pas difficile sur la qualité du sol et est très rustique. Il est important de demander un pied mâle lors de l’acquisition car l’odeur des ovules produits par les pieds femelles est puissante et fortement désagréable.

 

La multiplication peut se faire naturellement par semis mais pour garantir un pied mâle, il est préférable d’avoir recours à la greffe, en écusson en août ou en fente au printemps, ou aux boutures à talon effeuillées.

 

Au Jardin des Plantes de Paris, il existe dans l’arrière cour de la galerie de paléontologie, un vieux pied mâle sur lequel une branche femelle fût greffée. Cette dernière produit en abondance.

 

Historique

 

Le 6 août 1945 eut lieu l’explosion atomique d’Hiroshima. La végétation autour de l’épicentre fut étudiée au mois de septembre de la même année.

Un Ginkgo situé près d’un temple détruit situé à un kilomètre de l’épicentre fut le premier végétal à bourgeonner au printemps de l’année suivante.

C’est une espèce très résistante aux agents mutagènes notamment aux radiations.

 

  • Cerisier japonais
  • Cerisier japonais
  • Cerisier japonais
  • Thermopis montana
  • Thermopis montana
  • Thermopis montana
  • Fraxinelle
  • Fraxinelle
  • Géranium rosat
  • Géranium rosat
  • Groupe Sato-zakura 'Shirotae'
    [Photo Philippe Barré | © MNHN]
  • Groupe Sato-zakura 'Shirotae'
    [Photo Philippe Barré | © MNHN]
  • Groupe Sato-zakura 'Shirotae'
    [Photo Philippe Barré | © MNHN]
  • Thermopis montana
    [Photo Patrick Lafaite | © MNHN]
  • Thermopis montana
    [Photo Patrick Lafaite | © MNHN]
  • Thermopis montana
    [Photo Patrick Lafaite | © MNHN]
  • Fraxinelle
    [Photo Patrick Lafaite | © MNHN]
  • Fraxinelle
    [Photo Patrick Lafaite | © MNHN]
  • Géranium rosat
    [© Eric in SF sur Wikimedia Commons]
  • Géranium rosat
    [© Stan Shebs sur Wikimedia Commons]